On en parle dans l'Est républicain (2)

On en parle dans l'Est républicain (2)

Article ER du 29 mai 2017

Cest, à l’entendre, avec un petit pincement au coeur que Stéphanie Natale, l’une des deux co-présidentes des Nuits d’été avec la Suissesse Simone Plomb, ne montera pas sur scène cette année. « Je viens d’avoir un bébé et c’est difficile quand on sait que les Nuits, ce sont deux répétitions toutes les semaines depuis le mois de mars et surtout deux mois où on ne fait presque que cela avec le mois de juillet où il faut être présent tous les soirs. »

« Nous avons une contrainte particulière cette année avec le fait de ne pouvoir, pour des raisons de sécurité, mettre les pieds dans l’eau… » Pour l’heure, celle qui sera dans les coulisses se débat avec les aspects pratiques de cette nouvelle édition. Par exemple, avec le choix du lieu : « Nous avons une contrainte particulière cette année avec le fait de ne pouvoir, pour des raisons de sécurité, mettre les pieds dans l’eau… » Autrement dit l’impossibilité d’installer les pieds des gradins dans la Batte, le petit ruisseau en provenance du Val de Saint-Dizier et de Lebetain et qui coule le long des remparts. Un moment envisagé, le repli sur la place François-Mitterrand devant la mairie n’a finalement pas été retenu, les remparts se prêtant mieux, malgré les contraintes, au théâtre.

Reste que cette année, l’une des autres difficultés résidera aussi dans les aspects sécuritaires – état d’urgence oblige – avec des fouilles qui prendront un peu de temps avant le spectacle. Un spectacle qui, comme pour les précédentes éditions, se déroulera à partir de 21 h 30 du 10 au 27 août prochains, et qui sera précédé pour ceux qui le veulent par un repas servi par l’Hostellerie des Remparts, tout à côté du site. En attendant de boucler le budget qui s’élève à 144 000 €, Stéphanie Natale est encore à la recherche de quelques figurants « peut-être avec une ou deux répliques à dire », mais aussi des bénévoles qui pourraient donner un coup de main pour les nombreux à-côtés d’un tel spectacle.

> Infos au 06 99 74 03 87

Questions à André CHRISTE

Vous voilà reparti pour de nouvelles Nuits d’été. Qu’est-ce qui vous passionne dans cette aventure ?

C’est effectivement une belle aventure qui dure maintenant depuis 2003. C’est avant tout pour moi le fait de proposer un théâtre récréatif lors des belles soirées d’été. Un théâtre de vacances lors d’une belle soirée en plein air plutôt que dans le rouge foncé d’un théâtre traditionnel puisque le plein air nous offre ici des décors qu’on ne trouverait pas en salle. Et puis les Nuits, ce sont aussi une longue histoire d’amitiés, des liens avec des comédiens qui se renouvellent et une autre manière d’aborder le théâtre.

Pouvez-vous déjà nous mettre l’eau à la bouche en nous révélant quelques aspects particuliers, quelques surprises de la mise en scène ?

C’est encore un peu tôt… Nous prenons pour l’instant nos repères, à savoir la musicalité du lieu pour cette « Dame de chez Maxime », une pièce de trois heures que nous allons réduire de moitié. Nous l’avons choisie pour les 10 ans parce que c’est un vaudeville des plus comiques qui utilise toutes les ficelles des comédies. Mais pour la mise en scène, le défi, c’est de trouver le rythme du vaudeville.

Aimez-vous mieux jouer en Suisse aux grottes de Milandre ou ici à Delle aux remparts ?

Je vais vous faire une réponse de Normand (!) : la beauté des Nuits c’est d’avoir alternativement un site en forêt et un autre en ville et que ce soit à Boncourt ou à Delle, on est très bien accueilli partout.

Laisser un commentaire

requis
requis, ne sera pas publié